Des nouvelles de mon stage de TOUMO, le yoga du froid

February 22, 2016

Pourquoi le froid ? Ma première motivation n’était pas de me confronter au froid mais surtout de rencontrer Maurice Daubard, le yogi des extrêmes, un monsieur de 86 ans ayant vécu une vie inspirante, grand amoureux de la nature et défenseur infatigable de la cause tibétaine… Je n’ai pas été déçue !

Maurice Daubard est un Torrent de Montagne !

Il ne s’encombre  pas avec les bonnes manières ou le savoir-vivre ! Non ! Il déboule et cascade librement, sauvagement ! Chargé du prâna des hauts sommets, charriant pierres et branches, il bouscule les conventions, les croyances et les limites !

J’ai eu l’impression de m’assoir dans un torrent d’eau glacée !

Transie, transpercée, broyée, à moitié noyée, remuée jusqu’au fond des tripes ;  j’ai pleuré, mouché, toussé, vomi !

J’ai lavé, récuré, essoré mon corps, mon cœur et ma tête !

Je sors du torrent comme neuve, les boues et les déchets du passé rincés par la puissance du flot !

Expérience rare et intense, je me sens vivifiée, régénérée, exaltée, vivante !

Merci Maurice !

 

 

Quelques éclairages sur la pratique proposée :

Toumo, tapas : les austérités…

Dans notre monde occidental où nous semblons tous chercher plus de confort, moins de fatigue, on peut s’interroger sur la place de ce principe fondamental de la philosophie yogique. 

Tout d’abord, qu’entend-on par « austérités » ?

Traditionnellement, pratiquer « les austérités » consiste à s’abstenir, par exemple de chaleur, mais également de nourriture, de paroles, de sommeil, etc… La recherche est clairement spirituelle : se détacher des « bienfaits » et des plaisirs du matériel.

Premier écueil : le yogi s’inflige des « pénitences » dans un but de purification intérieure. Il est alors en opposition avec le principe numéro 1 du yoga : ahimsa, la non-violence. Comme en toute chose, il s’agit de trouver le juste équilibre, la subtile équation entre trop et trop peu.

Seconde difficulté : la performance physique peut mener le yogi à nourrir sa vanité personnelle, il perd alors  la nécessaire humilité et le détachement. Tapas est une pratique intérieure et ce serait une erreur de croire que les prouesses physiques suffisent à nourrir ce feu purificateur.

 

Dans notre vie moderne, que peut nous apporter la pratique de Tapas ?  

Dans notre douillet cocon, le confort moderne nous ramolli. A force de nous dorloter, nous oublions que le respect réel consiste aussi à développer nos forces.

Se lancer des défis stimule.  Dépasser – ou plutôt  déplacer - nos limites nous permet de prendre conscience qu’on peut plus que ce que l’on croyait.  Et cette découverte développe la confiance en soi, nourrit le potentiel créateur, nous rend le pouvoir sur nos vies et augmente notre puissance! La vie n’est plus une succession d’épreuves à subir mais un merveilleux champ d’expériences et de défis à relever !

Toutefois, trop de défis et de dépassements peuvent briser l’équilibre entre le corps, les émotions et les pensées. Il faut travailler sur ces trois plans simultanément, dans une recherche constante d’harmonie. Une clé de cette voie d’équilibre est la respiration. Pratiquer Tapas avec une respiration toujours consciente permet de nourrir le corps de « prâna » l’énergie vitale subtile contenue dans l’air, de calmer les émotions et de fixer le mental. Quand ces trois éléments sont réunis, la Joie d’être inonde le pratiquant…

 

 

« Et le froid, alors ? »  me direz-vous…

Le froid était pour moi un défi particulièrement exigeant. En effet, j’avais l’idée chevillée au corps que j’étais frileuse. Cette opinion limitante me compliquait la vie dans bien des situations hivernales… Grace à ce stage, j’ai découvert que je pouvais avoir froid sans que cela soit un problème !

 Au contraire le froid est plein de qualités et avoir froid est bon pour la santé !  A des températures proches de zéro, la circulation sanguine s’accélère et c’est toujours bon pour le système veineux ! Nous pouvons donc courir, marcher, faire du vélo, nager quand il fait froid : l’organisme réagit mieux aux écarts de température et gagne en endurance. La douche froide est également un stimulant vivifiant et un gage de tonicité. Adopter une attitude positive à l'égard du froid est profitable : nous nous désensibilisons progressivement et nous stimulons nos facultés d'adaptation !

Le froid est bon pour le moral ! Les bienfaits du froid concernent aussi le moral puisqu'il est avéré que les basses températures diminuent tension, fatigue et humeur négative. Les scientifiques finlandais préconisent même des bains d'eau glacée, véritable élixir suscitant la bonne humeur et libérant l'énergie. Une pratique intensive de l'exercice constituerait ainsi un excellent antidépresseur.

 Alors motivés pour l’année prochaine ? Tous ensembles à Vétan, avec Maurice ?

 

 

 

Please reload

 Posts a l'affiche

Vive la rentrée!

August 30, 2016

1/8
Please reload

Posts récents

January 6, 2019

January 2, 2018

August 30, 2016

Please reload

Archives
Please reload

Recherche par mots clefs